mercredi 21 septembre 2005

H o m m a g e à A l p h o n s e A l l a i s


En illustration à cette image du début du siècle où le jeu consiste à trouver une tête cachée, voici un poème homophone, exercice cher à l'humoriste et écrivain Alphonse Allais.

Un homme au faux nœud s’émeut, affable
Aux bas de sa femme qui s’amuse, a eu ri,
Un homophone, sème à fables,
Aubade s’affame : qui ça, muse ahurie ?

Un quidam se dissimule, haut et ras, de sa patte
Affûtée, à son collier de basset ses faces apparaissant
Un qui, dame ! se dit : six mulots et rattes s’appâtent,
Ah ! Futé à son col lié de basse haie, s’efface, à part, et sent…

Cent témoins s’y trompent, leur indice posé
Aux griffes de l’animal, se trouve l’amant caché
Sentez moins, six trompes l’heure, indisposé
Ô gris feu de l’anis mâle, ce trou veut l’âme en cachet

La femme et lui s’ajustent, fins d’étouffer des soupçons
Et s’efforçant de tromper la vigilance de l’époux ringard
L’affamé, lui, sa juste faim des touffes et des soupes au son
Hait ses forces, en deux trompes et l’avis gît, lance de lait pour un gars.

C.J., 20/09/05.

9 commentaires:

bleizdu a dit…

Je crois que je l'ai trouvée, elle est cachée dans le chien, entre sa tête et son beau manteau !!!

cheubloh a dit…

ah bah bobo !! je la cherchais .....!! tu es trop vif......

bleizdu a dit…

Vif comme un cochon ....

Oken a dit…

C'était pas très gros.

blang a dit…

Je ne connaissais pas ce genre d'exercice... J'adore.

Chrixcel a dit…

Bravo bleizdu !!!! J'avoue que moi j'ai mis du temps à la trouver...bloche tu es arrivé 8 minutes trop tard ¨^_^¨

oken > Tu peux cliquer sur l'image pour la voir en plus gros sinon tu bousilles tes mirettes !!!

blang > J'en ai d'autres que je mettrai dans mes prochains posts ;) je les ai trouvées dans une carterie ancienne.

diane a dit…

L'image provient de la carterie, mais le poème est bien de toi, pas vrai ?
Très beau.
Pour la tête cachée ... j'ai fait chou blanc.

Chrixcel a dit…

Oups, bien sûr il y a confusion, blang parlait du poème 'omofone', en fait j'étais étonnée qu'il ne connaisse pas, lui qui sait tant de choses...

Eh oui, Diane, ça m'a pris quelques heures pour rédiger un texte qui soit à peu en rapport avec l'image mais j'y ai pris beaucoup de plaisir. Voici donc en exemple les vers d'Allais qui m'ont inspirée :

Par les bois du Djinn, où s'entasse de l'effroi,
Parle et bois du gin, ou cent tasses de lait froid.
*
Ah ! vois au pont du Loing ! De la vogue, en mer, Dante !
Have oiseau, pondu loin de la vogue emmerdante.
*
Je dis, mettons, vers mes passages souterrains
Jeudi, mes tons verts, mais pas sages, sous tes reins.

Trop fort Alphonse...

diane a dit…

Trop forte Chrixcel !!
Plusieurs heures, j'en reste bouche bée.