mercredi 19 octobre 2005

Aujourd’hui 20 octobre, c’est le jour anniversaire de la naissance d'Arthur Rimbaud, né en 1854. Tout d'abord, en modeste hommage, je commencerai avec un portrait crayonné. Il n'est pas forcément ressemblant car mon idée était surtout de représenter un visage d'ado rebelle.


Puis, voici un poème d’après son fameux sonnet des Voyelles dans lequel Arthur, alors âgé de 17 ans, décline les voyelles de l’alphabet dans un langage énigmatique, qui a fait couler bien de l’encre. La plupart des "rimbaldiens" on voulu voir, à travers cet abécédaire vocalique, une variation appliquée à la graphie même des lettres, comme l’explique mon petit montage (cliquer dessus pour l'avoir en plus gros). On ne sait bien sûr pas ce qui se passa dans la tête de Rimbaud quand il composa cette pièce, mais les coïncidences sont troublantes...l'inconscient peut jouer des tours.

J’en propose une illustration plus ou moins homophonique que j’avais écrite en juin 95 (10 ans déjà !) et que je remets au goût du jour. Semé d’onomatopées, ce « calque » tente de faire écho aux vers du sonnet original, ci-dessous :

..........................................................................................................


Voyelles


A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

*
Onomatopées
..............................................

A voir, heure rance qui bouge, hue ! ver oblong, voix belle
Jeux : dire en quelques nuits votre essence : l’attente :
Ah ! Seoir un corps d’insecte noir qu’un éclat tente,
Quelle bombe innée ! Bouches putrides et crue : elles,

Courants d’air : Euh…blanc vaporeux de la détente
Monts semés d’hiver, étroit banc, glaces donc bêlent :
Hi ! Rouge, gland sacré, sourire d’élève rebelle,
Dans l’orgie pure du vin coupable qu’un pénis tente :

Hue, Cirques, vibration divine d’une vie sans ride,
Sérénité des zoos dits aqueux, qu’un rien déride
A la chimie, déprimes pour délires astucieux…

Oh ! Baptême, harpon discordieux afin d’être ange,
Six lances transcendant colombes et mésanges,
- O l’homme est gras, crayon vieux laid de Ses Yeux !

9 commentaires:

diane a dit…

Ce portrait est magnifique. il colle tellement au personnage. C'est un bel hommage que tu lui fait là.
Je ne connaissait pas cette histoire des voyelles, mais j'ai qq chose à te faire lire à propos. Je vais pas le rechercher maintenant (je suis au boulot), mais rapelle moi de te donner un lien ;p

Chrixcel a dit…

Merci Diane, ça me touche beaucoup:) Rimbaud est un peu mon dieu (sous) terre, alors...j'ai hâte de lire ton lien !

Oken a dit…

Encore au boulot Diane ?

Chrixcel, me suis gouré, le cou pde 'la musique avant toute chose et pour cela préfère l'impaire' c'est Verlaine.

Et donc les couleurs et les lettres, c'était bien Riambaud, j'ai un peu mélangé les deux...

Oken a dit…

PS
http://www.frozen-bubble.org/

(trouvé grace à www.framasoft.net)

bleizdu a dit…

AH Raimbaud !! J'en ai lu quand j'étais jeune, mais je ne connaissais pas ça !!!

Chrixcel a dit…

Oken > Oui mais Baudelaire avait inventé le concept des couleurs qui se répondent dans son poème 'Correspondances', donc ça prête à confusion :D Merci pour le lien de Frozenbubbles !

Bleizdu > on croirait entendre un vieux croulant :°) évidemment, souvent on étudie les plus faciles à l'école, comme 'Ma bohème' ou 'Le dormeur du val'...

Je crois en fait que ce sonnet est celui qui illustre le mieux, avec ses vers colorés, le Rimbaud-Rainbow. D'ailleurs, saviez-vous que Rambo est une déformation de son nom ? L'auteur des 'Rambo' (l'écrivain) l'admirait (quelle belle référence, hein ?)

diane a dit…

J'ai du mal à croire que quelqu'un qui aime Rimbaud puisse faire du Rambo ...

bleizdu a dit…

Alors ça je savais pas !!! Rimbaud/Rambo !!! Je m'imagine bien Rambo en train de déclamer de la poésie tout en massacrant à tour de bras avec son M16 !!!

Chrixcel a dit…

Ben tu sais, vers la fin de sa vie, en Afrique Rimbo faisait du commerce itinérant d'armes à feu et ça lui rapportait d'ailleurs pas mal...par contre y avait pas encore de M16 à cette époque :D