jeudi 23 octobre 2008

R.A.T.P. : Recyclage d'Amoureux Transis en Poubelle

Quand je prends le métro, c’est vraiment parce que je ne peux pas faire autrement. Un soir mon compte Velib a été bloqué pour raison technique, c’est donc en trainant les talons que je me suis engouffrée dans ce mortel couloir. Mais j’oublie trop souvent que dans le métro, on voit des tas de choses intéressantes, et que ce n’est pas seulement le meilleur endroit pour se faire peloter à chaque rame en période de pointe.

A travers sa campagne de sensibilisation pour la propreté, la RATP nous offre le loisir de réfléchir. Ces petits écriteaux appelés "pendentifs" peuvent se révéler de savoureux petits bijoux de philosophie, quand ils n'ont pas de portée commerciale. Mais, à l’instar de ce train d’enfer, c’est parfois une philosophie qui déraille. Jugez plutôt sur la photo. Ces quelques lignes d’un pessimisme standard sont là pour illustrer un certain propos. Grosso modo, le civisme «clean», ça passe par un geste simple, ne pas laisser ses kleenex ou autre batifoler n’importe où. Jusque-là je suis d’accord à 100%, la saleté de notre métro étant une véritable honte, surtout quand je pense aux pauvres employés de la RATP qui doivent se taper la mouscaille des autres. Il n’y a rien qui m’horripile davantage que de voir des gens qui n’ont aucun respect pour leur environnement.

Mais moi, quand on me parle d’hygiène constante et d’amour éternel, ça ne me fait certainement pas penser à la poubelle. Alors que doit-on comprendre ? Que l’amour fusionnel est bon à mettre aux ordures ? Que, dans cette société du tout-jetable où l’on nous bassine avec le développement durable, les amours romantiques sont comme de vieux chewing-gums trop mâchés ? D’un côté, nous devons privilégier une consommation équitable, écologique et reconvertible, et de l’autre on nous oblige à bouffer de l’emballage plastique et autres cartonnages superflus. Il faudrait savoir !
Pourtant, ce couple bien propre sur lui qui dort paisiblement enlacé sur un matelas, est-il fou de s’aimer et d'espérer un avenir commun ? Est-ce dépassé aujourd’hui de croire que l’amour durable, le plaisir équitable et le conjoint non-recyclable existe ? De nos jours, environ 1 mariage sur 3 se finit par un divorce, peut-être parce que le mariage est devenu une hérésie dans cette civilisation consumériste. Néanmoins ce n'est pas parce que je pense que les liens affectifs doivent idéalement être libres de tout contrat que cela me permet de ne pas respecter l'autre. C’est tellement facile aujourd’hui de prendre un objet ou un individu puis de le jeter quand on s’en lasse et qu'on ne s'enlace plus. Peut-on ainsi parler d’un être humain, avec qui on a vécu une histoire et qui nous a aidés à nous construire ? Je trouve ce raisonnement de bazar terrible, tant il est le triste reflet de notre civilisation. Et je le trouve d’autant plus détestable qu’il s’affiche effrontément au dessus de la tête des passagers, sans doute inconscients de la portée du message qui se décille à leurs yeux endormis.

Bravo Messieurs de la RATP, bravo au pubeux anonyme auteur de ces lignes dignes des pires magazines de psy à deux sous. Merci pour ce message qui, je n’en doute pas, va grandement améliorer le niveau de réflexion de ceux qui ne pensent pas.

La philo amoureuse selon la RATP (citation que je créée de toutes pièces pour la circonstance) :
"Si t'en as marre de ton mec [ta meuf], c'est qu'il [elle]
est devenu[e] rasoir : jetable."

***
Et pour détendre l'atmosphère, rigolez un coup avec le Ch'timisator : franchement drôle, grâce à cet outil vous pouvez traduire toute votre page web en ch'ti !!!

18 commentaires:

Tatiana a dit…

Je suis très attentive à ces petits messages dans le Trom et je n'en n'avais pas du tout fait cette analyse... c'est drôle les divers interprétations !!! Tes mots font réfléchir....
"on s’en lasse et qu'on ne s'enlace plus".. hu hu.... très bien vu !!! Et ta p'tite citation est une vraie perle, fais gaffe, je suis sure qu'on va la voir sur les trottoirs et murs d'ici peu ;-)

henri a dit…

Je ne vois pas le rapport entre la socièté de consommation et le début, le milieu et la fin d'un amour qui existe depuis que l'etre humain est ce qu'il est ;-)

Lunaba a dit…

mandieu parfois tes réflexions me font peur :p
je dénonçais dans une note le quicklove, comme relation consommable opposé à la lenteur et la découverte de l'autre à tâtons sur un temps infini et non dénué de sens... mais chacun ses intimes évidences :)

Lunaba a dit…

et moi j'aime qu'il me colle :)

Jayric a dit…

Bien vu Miss !
Très bien le look du blog !
Au passage, je ne me suis jamais fait peloté dans le métro aux heures de pointe ou pas...
Jamais peloté non plus ;-)
Gros bisouxx

Chrixcel a dit…

Tat>> évidemment il y a un premier degré, mais ce n'est pas celui-là qui m'a frappé d'emblée ! Qu'elle soit volontaire ou non, la métaphore pour moi est évidente ! (c'est l'art de couper des cheveux en 4)
Henri> C'est clair, je trouve que la comparaison qui est faite est plus que maladroite !
Lunaba> Euf c'est plutôt celles de la RATP qui font peur^^ nous sommes donc sur la même longueur d'onde !
Jayric>> oh ! un revenant;) oui j'aime mieux ce look, plus sobre...tu peux pas imaginer comment c'est horrible de sentir un machin qui se frotte à toi et l'impossibilité de pouvoir sortir !

MasterLudo a dit…

Le métro est un espace lénifiant crée pour rendre docile les gens.

paris-émoi a dit…

Excellent, comme d'hab !
et dans les petits bandeaux du haut de wagon, on peut encore y lire " je l'astique tous les matins"... comprenne qui pourra !

Claire a dit…

Le métro sale est nettoyé par 4 sociétés privées: Comatec, Onet, Challancin et Tep qui se répartissent les lignes de métro et RER de la RATP. ça change pas le fait qu'on peut tous jeter les trcs à la poubelle et que le métro n'est pas une décharge, mais bon ;)

Dans cette société où il faut "produire plus pour détruire plus" (Chapour Haghigat), parfois même macher un chewing-gum plus de 30 secondes rend ce délicat bonbon censé être durable d'une dureté impressionnante et assez "pas bon".
Bref, tout ça pour dire que parfois le choix du message de la RATP pour ses diverses campagnes m'échappe et qu'après plusieurs lectures comme celle-ci, j'ai décidé d'en abandonner toute tentative de compréhension. Au risque de paraitre terre-à-terre: publicité et message philosophique sont incompatibles ;)

freDeric a dit…

et si il n'y avait que le metro coté hygienne... Je deviens maniaque au point d'ouvrir les portes avec mes coudes :)

10cré a dit…

Moi je l'aime mon métro ;) Ligne 4 en force !

Zygene a dit…

Un très bel esprit critique et d'observation.
Je dois admettre que j’ai beaucoup de chance à ne pas prendre tous les jours le métro

FreZ a dit…

Note que l'objet destiné à la poubelle dans le message erratépien était certes un homme, mais agrémenté du préfixe "chewing". :)

Jean a dit…

"...C’est tellement facile aujourd’hui de prendre un objet ou un individu puis de le jeter quand on s’en lasse et qu'on ne s'enlace plus. Peut-on ainsi parler d’un être humain, avec qui on a vécu une histoire et qui nous a aidés à nous construire ? "

J'ai 66 ans .
C'est à dire que mes années de jeunesse ont été très influencées par un environnement post 68 , la liberté totale sexuelle , le refus de l'idée même de couple stable .

J'ai très mal vécu ces idées là .
Aussi , je suis très heureux de lire votre mot .
Je vous en remercie .

Chrixcel a dit…

MasterL>>euh je n'aurais pas été jusque-là ! c'est quand même bien pratique le métro quand t'es pas motorisé, le hic c'est que le métro ressemble à ce que les usagers en font...c'est la pub qui est lénifiante, pas le métro:)
PE> ou "celle de mon mari ne tombe jamais en panne, c'est agréable..."^^
Claire> merci pour ces précisions...mais, même si je suis navrée parfois de lire certains messages de pub (une fois, carrément machiste mais je n'ai pas relevé), au contraire parfois la pub peut-être un bon support lorsqu'il est d'utilité humaine...je pense à la WWF (pandas), les campagnes Sida et même à Benetton (anorexie) !
Fred> oh mazette ne m'en parle pas ! je ne sais jamais à quel TUBE me tenir;)
Zygene > c'est une chance en effet !
10cré> t'as pas choisi la pire, ça va encore:)
Frez> hé hé bien vu ! et le bébé cas d'homme, c'est redondant:)

Jean>> Merci à vous. Je pense que je n'aurais pas bien vécu cette période là non plus. Tout est question de nature. Il y a les volages, et les volontaires. Je fais partie de la seconde catégorie, du moins, j'y travaille. Le concept du couple est tellement malmené de nos jours...qu'on a du mal à s'y retrouver ! je ne juge pas les gens pour leurs choix de vie s'ils y trouvent leur compte, mais qu'on ne vienne pas sous couvert de pubs moralisatrices ou "dans le vent" ne serait-ce que me suggérer comment je dois gérer ma vie sexuelle !

aurore a dit…

je comprends ta colère, je comprends ton souhait, ton espoir, et je t'encourage à y croire, tu as employé le mot qui semble faire défaut dans bien des situations...RESPECT...je ne sais même pas s'il ne sera pas suprimé du dico un jour...
nous sommes dans une société de consommation et dans bien des domaines et dans tous les domaines, si bien que le coeur pleure et qu'on ne l'entend plus, si bien que le coeur saigne et qu'on ne le panse plus...il faut faire comme s'il n'existait pas et se murer...
j'adore quand tu tombes en panne de carte de velib et que tu regardes le metro à la loupe;) et que ton esprit au lieu de s'emmurer, pour se protèger des agressions, s'ouvre!!!

Vanessa a dit…

Une petite analyse superbement fine. Le rapprochement est sidérant en y regardant de plus près, maintenant ces messages sont souvent, désespérément, à prendre au premier degré... ou pour notre consommation amoureuse (devenue une consommation comme les autres). Et d'accord avec toi sur la relation...qui nous construit, aussi!

Chrixcel a dit…

Aurore> un très beau commentaire plein de fougue et de sincérité ! sur la question du respect, je constate malheureusement chaque jour à quel point certain foulent du pied ce simple mot...
Vanessa> ce qui est curieux, c'est que je n'ai pas vu le 1er degré tout de suite ! je n'ai vu qu'un triste reflet de ce qu'on nous rabâche dans les magazines et des modèles qu'on veut nous faire avaler !