jeudi 15 mars 2007

SONNET A LA PORTE AVANT D'ENTRER !

Dimanche dernier nous a gratifié d'un beau soleil. Je manquais d'exercice physique, et je décidai donc d'enfourcher mon fidèle...pédalier. Un peu d'huile dans le dérailleur et dans les genoux, et me voilà partie. Direction : les beaux quartiers. J'entends par "beaux quartiers" ces zones qui en imposent avec leurs immeubles haussmaniens délicatement sculptés et leurs cariatides spectaculaires, avatars de la bourgeoisie parisienne d'antan. Il y a un côté suranné dans ces étalages tantôt baroques-rococo, tantôt néo-gothiques. D'autres témoignages de l'époque napoléonienne nous plongent dans une faune bariolée peuplée de sphinges, de chimères et de drôles d'oiseaux. Je ne me doutais pas qu'au détour d'une rue débouchant sur l'avenue d'Iena, je découvrirais que l'architecture pouvait parfois se muer en "architexture"...le maître d'oeuvre (si c'est bien lui l'auteur - hélas j'ai oublé de relever son nom) a fait graver au-dessus d'une grande porte un quatrain d'alexandrins illustrant parfaitement la position de deux romantiques cariatides.



Cet architexte semble s'annoncer comme une épitaphe censée prévenir ceux qui passent le seuil comme on passerait le deuil : un rappel de notre condition de mortel. N'écoutant que mon coeur de joueuse oulipienne, j'y ai vu un exercice tout trouvé ! Il ne me restait plus qu'une chose à faire : répondre à l'appel, et sonnet à la porte...

Campée sur mon char à deux roues, la tête en l'air,
Roulant au gré des rues qui charment mon oeil bleu,
Je vois une cariatide en pose funéraire
Puis une autre alanguie dans un rai lumineux :

Lasse des vains espoirs et des bruits de la terre
Heureuse d'oublier, l'une a fermé les yeux....
A son premier matin, sans effroi du mystère,
L'autre aspire à la vie en souriant au cieux !

Le quatrain ci-dessus est gravé dans la pierre
Il surplombe le grand seuil qui trône tout au milieu,
Arrêtant le passant comme une juste prière

Lui rappelant ainsi l'éphémère en ces lieux :
Car passer c'est mourir, et sourire c'est un peu
Oublier que la mort ne fait pas de manière...


19 commentaires:

Oderik a dit…

Je n'arrive pas bien à lire le texte de la photo, que dit-il?

cheubloh a dit…

ces habitations Haussmanniennes ont toujours eu un sacré cachet, mais caché....
tu es un peu une aventurière dans l'âme...

Chrixcel a dit…

Oderik > Hello, il faut que tu cliques sur l'image du texte pour l'avoir en plus grand...et sinon quand tu lis le poème le quatrain gravé est reproduit en bleu (je l'ai mis exprès d'une autre couleur pour qu'on fasse le rapprochement !)

Cheub > aventurière cyclique !

FreZ a dit…

Tu as devant toi un sacré boulot si tu te décides à poursuivre et étendre l'oeuvre de ceux qui t'on précédé... :-)

FreZ a dit…

(qui t'ont précédée)

Anbleizdu a dit…

Ah la la deja a l'epoque ils avaient des djeuns qui degradait les maisons avec leurs tags !!! pppppffffffff !!! ;DD

Henri a dit…

Lasse des vains espoirs et des bruits de la terre
Heureuse d'oublier, l'une a fermé les yeux....
il devait faire de la depression, l'auteur du quatrain ;-)

Petit Lutin a dit…

Un petit clin d'oeil à une dompteuse de Dragon rencontrée un certain Samedi de Mars fort agréable.
A propos de ce texte, il pourrait aussi bien faire référence au passage entre un 31ième et 32ième anniversaire sur lequel on ferme les yeux sur le passé pour les ouvrir sur de nouveaux horizons.
Bon, je ne te ferai pas l'injure de te le souhaiter avec une semaine de retard, mais promis si je débusque un Dragon au détour d'une ruelle, j'essairai de le saisir.......sur pellicule, foi de Lutin !

Chrixcel a dit…

Frez> j'aurai pas assez d'une vie, mais je peux déjà me contenter de quelques vers glanés au hasard;-)

Henri> tu m'étonnes, c'est d'un romantisme bourgeois à pleurer...moi je trouve ça kitsch^^

Bleizdu > ouais, même que leur tags il les gravianet au burin dis-donc O-O

Bonjour petit Lutin :-) merci d'être passée par ici, et ma foi j'ai bien aimé lorsque nous devisions place du Caire sur l'ouverture de ton prochain "blog opératoire"...merci pour tes promesses de dragon !

bernard a dit…

superbe reportage sur les dragons de Paris
bravo et merci

diane a dit…

Encore une petit détail croustillant déniché au détour d'une promenade.
C'est que tu me donnerais envie de vivre à Paris, presque !

zecoco a dit…

Au moins avec ton blog les parisiens regardent la ville qui les entourent d'un autre oeil ;-)

Tatiana a dit…

Mouais... je n'aime pas trop ces bô quartier, ces statues, mais j'aime ta façon de les photographier et tes mots.....
@ bientot

FreZ a dit…

Oui, un petit vers de temps en temps, à une terrasse ensoleillée de préférence :-) (dans quelques jours, alors)

Delphine R2M a dit…

Que de jolies découvertes...merci Chrixcel!

Chrixcel a dit…

Merci et bienvenue Bernard;-)
Diane> tu peux toujours venir passer le w-e, on se ferait des super balades !
Zecoco> mais je ne suis pas la seule à contribuer à cette présentation de Paris ! Il y a tous les "pariblogs", qui m'ont inspirée et ont beaucoup orienté ma vision de la capitale^^
Tat> c'est vrai qu'en soi ces quartiers sont un peu trop "clean"...pas de tags, pas d'art urbain...alors on se contente de ce qui reste;-)
Frez> tu sers encore à c't'heure ?
Delphine> merci ! j'espère bien faire beaucoup d'autres découvertes de ce type, à Paris, tout est possible...

Oderik a dit…

Il y a plein de petits détails perdus dans la ville, il faut savoir regarder partout.

Marraine a dit…

En espérant que le mois d'avril vous soit aussi inspirant!

bb a dit…

Merci si quelqu'un connait l'auteur ?

bb