dimanche 25 mars 2007


Mars, moi du dieu de la guerre, mois du mâle. Moi, déambulant dans le froid, glacée par le vent et les faces grêles rencontrées au détour des carrefours, je te cherchais. Mais mon espoir était mitigé...je te cherchais sans vouloir vraiment te démasquer. J'aimais cette tranquillité, en somme rien moins qu'une étude de sol en solitude lors de laquelle le marcheur ne sait pas où il met les pieds mais, au moindre pas pris dans un sens perpendiculaire via le virage des rues, s'attend toujours à un changement de décor grâce au changement des corps. J'étais heureuse, les yeux grand ouverts et la bouche souriante, de pouvoir me dire que j'étais vivante, que j'avais la chance de posséder toutes mes facultés pour faire fonctionner mes sens en alerte, aux aguets dans cette recherche perpétuelle de l'inconnu et du déjà vu, de l'immuable et de l'éphémère.

J'allais de paradoxe en parade inédite pour être hors de moi-même, et n'osais croiser mon propre regard dans le reflet des nombreux miroirs de la ville, comme si j'avais peur d'être suivie, comme si je m'échappais. Parfois j'allais bon train, certaine de ne rien voir qui ne m'intéressât, et parfois mon pas devenait plus lent avec un tempo de métronome, mes talons scandant la cité métropole. Je regardais alors les hommes et les femmes de la ville, des humains urbains qui, comme moi, erraient à l'affût de je ne sais qui ou de je ne sais quoi...Rue de la Tour d'Auvergne : j'y tournai sans vergogne. Et là, je vis ton visage, bizarrement fiché pour l'éternité sur un mur près d'une fenêtre. Qui étais-tu ? Qui t'avait emmuré là ? Tu dormais ou tu refusais d'ouvrir les yeux, mais l'expression de tes traits sereins m'apaisa un moment et je suis restée longtemps la tête levée à t'observer. Masque d'une quête perdue, masque du mâle statue : ton visage, véritable aberration dans un monde oublié au plus profond de mon être, resta longtemps gravé dans ma mémoire, et je n'eus de cesse de retailler à l'infini cette surprenante figure pétrifiée, vouée à l'érosion, au fil de mes rêves éveillés.

19 commentaires:

Anbleizdu a dit…

Vraiment étrange ce masque posé au milieu d'un mur !!! En plus il est vraiment étonnant de réalisme !!! Peut être est-il le premier d'une nouvelle espèce humaine : les emmurés !!!

francis a dit…

échangerais adresse de dragons contre coordonnées d'emmuré....
:-)

Où es-tu?

Tatiana a dit…

Encore de jolis mots pour une bien belle découverte dans les rues de Paris... Tu as l'oeil aussi Miss ;-)
@ bientot

Oderik a dit…

Bien vu, bien dit.

Marraine a dit…

J'aime, en vous lisant, réaliser que mon habitude de regarder en l'air lors de me promenades, est tout à fait normale, et partagée.

zecoco a dit…

ahhhh mais c'est horrible !!
T'es pas allé voir de l'autre côté du mur pour voir si quelqu'un le soutient ?

Chrixcel a dit…

Bleizdu > n'est-ce pas ? mais il y a peut-être un mouchard?

Francis > rue de la Tour d'Auvergne, côté rue des Martyrs;-) aurais-tu d'autres dragons à m'offrir ? chouette ! et je suis là, pas loin...

Tat> oh ! un joli compliment d'une dame dont l'oeil m'a tatée déjà^^

Oderik> bien merci !

Marraine> Mais oui, il y a plein de gens comme nous, si si je vous assure ça existe, et heureusement sinon on se sentirait un peu seul...

Zecoco> franchement j'ignore à quoi peut servir ce masque mais ça fait un peu 4ème dimension...comme si un passe-muraille s'était coincé sans pouvoir s'échapper, au pied du mur...

cheubloh a dit…

On dirait le visage qui a été découvert en juillet 1976 par l'orbiteur Viking qui tournait autour de la planète Mars...
On croyait à une présence extraterrestre....
Et ben voila...encore une preuve..... si ça se trouve....

http://techno-science.net/illustration/Espace/Mars/visage-mars-Viking.jpg

Oderik a dit…

Si ça se trouve il y a un cadavre coulé dans le béton.

Henri a dit…

Si ça se trouve il y a un cadavre coulé dans le béton

Bien sur! ;-) il y en a surement mais coulé dans les fondations, ça se remarque moins ;-)

Chrixcel a dit…

Cheubloh > je dois avouer que le mien est plus beau;-) mais je connaissais cette photo qui procure cette impression d'inquiétante étrangeté dont parle Freud...

Oderik, Henri> je suis sûre qu'on pourrait construire tout un polar rien que sur cet étrange visage !

Peter Parker a dit…

Les yeux fermés, le visage figé, je t'ai sentie passé prés de moi et je n'ai pas ouvert les yeux car je sentais ton regard amusé par cette envie que tu avais de pouvoir discuter avec moi mais j'avais plutôt envie d'en rester là car tu étais pour moi une curieuse aux regards amusés ne sachant pas que j’allais t’inspiré.

Bonne soirée

Naya a dit…

Le masque et ta plume. Une nouvelle ligne éditoriale ? ;)

FreZ a dit…

Belle mise en lignes de cet étrange visage (celui du passe-muraille ?) perdu au milieu d'un mur pâle, au milieu d'un nulle part, ailleurs...

sav a dit…

étrange étrange ce visage qui sort du mur ! comme quoi on voit de drôles de choses parfois...

Lunaba a dit…

j'ai pensé à toi en regardant les clichés de ce seigneur des panneaux ;)
http://www.linternaute.com/humour/jean-pierre-gouget-40-ans-de-photos-insolites/40-ans-de-photos-insolites-du-lecteur-jean-pierre-gouget.shtml

Lunaba a dit…

ce visage énigmatique est troublant, voire étrange :p

Henri a dit…

mois du mâle

Heureusement le mois de mars est passé ;-)

Chrixcel a dit…

Peter Parker : excellent rebonsissement, j'aime le côté poétique qui sommeille en toi^^
Naya : et pourquoi pas ????
Frez : ce visage éveille en nous tant de sentiments...étrangeté, lyrisme...cela me plaît !
Sav, Lunaba > ça me rappelle Freud et son "inquiétante étrangeté"...merci pour le lien Lunaba, j'adore de genre de photos !
Henri> le moi d'avril, c'est le mois des femelles:)