jeudi 18 septembre 2008

VELIB MODE D'EMPLOI


Depuis le 15 juillet 2007, les Parisiens ont la chance de voir leurs cuisses et mollets doubler de volume sans quasiment bourse délier. Mais soyons clairs, faire du biclou à Paris relève du défi. Démontés, vandalisés, pénibles à réparer, ils finissent par revenir cher. Le Velib, lui, bien qu'il s'attache de borne en borne, a ceci de particulier qu’on ne s’y attache pas. Cela dit, ne nous leurrons pas…cette bécane-là est aussi souvent volée que vélo, même si Decaux et la Mairie de Paris, qui l’ont mis en place, luttent inlassablement contre les pourfendeurs de chambres à air et autres pétés du guidon. Un Velib ça pèse 22 kilos, ça crève, ça patine, ça déraille, ça se voile et ça se rafle mais on en redemande. Soit. Voici quelques conseils de base pour utiliser "son" Velib.

LONELY VELIB...rue Boyer (20°)

Arrivé à une station, on vérifie l’état général du velociraptor avant de l’enfourcher. Depuis quelque temps déjà on observe une sorte de tendance chez les vélibistes avertis : une selle retournée signifie que le vélo n'est pas valide. Malgré les apparences, avec deux pneus qui ont l'air gonflés vous pourriez croire que vous ne manquez pas d’air mais il n’en est rien. A plat, vous ne ferez même pas du 2 à l’heure. Evitez les vélos déchaînés, vous aurez beaucoup de mal à les maîtriser. Crevés, surtout après une nuit de beuverie passée dans le caniveau, ils sont très contagieux et vous risquez de vous fatiguer aussi. Les désaxés sont instables : à fuir comme la peste, bien entendu. Une selle mal fixée ou une roue voilée vous donnera l’impression de danser la gigue, et si vous êtes une femme en jupe courte on peut plus facilement apercevoir votre…valve. Cela peut avoir son intérêt si vous voulez attirer les regards mais, en bonne sexycliste, vous constaterez que ce ne sont jamais les sujets que vous matez qui viendront vous aider si vous avez coincé votre string dans les rayons. N’est pas petite reine qui veut…

Il n’y a pas, à mes yeux, de phénomène plus fascinant que la force motrice. Enfant, je ne pouvais concevoir que mon corps pouvait s’élever à quelques centimètres du sol et avancer sur un engin en ferraille antédiluvien sans se fracasser contre le bitume. Je croyais qu’il y avait un dieu qui s’appelait « Garde-Debout » qui assurait mon petit aplomb. Mais non. Pas besoin d’être une lumière, car qui n’a dynamo consent ! Aussi longtemps que le pédalier est bien huilé, ça roule. C’est juste qu’à l’arrêt, il vaut mieux mettre un pied à terre bien calé pour ne pas tomber au démarrage. Une fois le pied d’impulsion posé sur la pédale, vous appuyez bien fort, puis une fois l’autre pédale arrivée au niveau supérieur, vous posez l’autre pied, appuyez et ainsi de suite. On conviendra que ces moulinets pédestres sont un peu ridicules, mais ils permettent de maintenir la bicyclette en équilibre.

    UN PETIT VELO DANS LA TETE - rue Réaumur 2° (sans trucage ! )

    D’un point de vue moteur, pour avancer, bien veiller à mettre un pied différent sur chaque pédale, la montée en amazone étant parfaitement interdite depuis qu’un unijambiste a tenté de traverser un carrefour perché sur un Vélib dont les freins avaient lâché. Ah ! si seulement il avait utilisé sa béquille…il n’aurait sûrement pas perdu la jambe qui lui restait. Mais j’arrête de tenir la vôtre sur cet incident et reviens donc à mes guidons. Le plus difficile n’est pas de pédaler mais de gérer la circulation, les piétons, les bus, et les automobilistes dont les taxis. En somme, tout est une question de vélo-cité. Car si les uns vous font suer, les autres peuvent vous tuer.

    Les piétons prennent un malin plaisir à traverser lorsque vous êtes en pleine montée, vous contraignant à vous arrêter. Ils marchent sur les pistes cyclables ou traversent au feu fert d’une allure pachydermique, tout en vous fixant d’un oeil torve lorsque vous leur indiquez à coups se sonnette frénétiques de décarrer du pavé. Il vous arrivera donc de vouloir leur foncer littéralement dans le lard, ce qui agrémenterait bien la choucroute dans laquelle, paraît-il, il arrive parfois au commun des mortels de pédaler. Résistez. Ca fait partie du jeu. Au mieux ils s’écartent d’un déhanchement de dernière minute, au pire vous les laissez passer. Un regard noir ne suffit pas à les désarçonner puisqu’ils s’en foutent, mais certains ont un petit sourire contrit ponctué d’un « oupsssss !!! » qui peut passer pour tolérable. Il n’en va pas de même pour les bus et les autos. Non contents de vous pourrir les bronches lorsque vous êtes derrière eux, ces derniers vous doublent n’importe comment et serrent parfois tellement le trottoir qu’ils vous empêchent de passer. Certes il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier à bagages, mais sachez que la courtoisie ne fait pas partie de leur ligne de conduite. En conclusion, plus on se tient à l’écart de ces fléaux mortels, plus on vit longtemps.

INTERDIT SAUF VELOS - rue de Ménilmontant - fresque de Némo

EDIT DU 19 : Aujourd'hui mon frère Mathieu fête ses 30 ans !!! Il habite à Bordeaux, je ne le vois que rarement hélas, mais puissent ces mots lui parvenir ! BON ANNIV petit frère:)

16 commentaires:

paris-émoi a dit…

comme d'hab, c'est enlevé, brillant !!
ça donnerait presque envie d'enfourcher un Vélib... Même Henri s'y est mis au moins une fois ! ;-)

au fait, tu sais skitedi le piéton, qui traverse n'importe où et qui adore marcher sur les pistes cyclables...??

Tatiana a dit…

Génialissime !!! Un texte qui file tel un vélib, hyper bien écrit, et super rythmé, j'adore !!! De la bonne dynamo quoi ;) Ca me donne envie d'enfourcher un vélib avec toi tiens ;))) Coincer nos string dans les rayons.. hu.. hu....;p
Les photos sont tip top aussi, surtout celle du vélo perché et l'est où la super enseigne, dis ?

ceanothe a dit…

Une vraie connaissance de cette machine infernale, j'apprécie la qualité du texte !

10cré a dit…

Tu as du remarquer sur facebook, le nombre de groupe traitant le sujet 'velib' ! ;)))

lydiel a dit…

Pour une fois qu'un article sur le vélib traite vraiment le sujet sans être raz du bitume.
Aurais-tu eu des soucis de vélib' mou du pneu l'autre soir ?

henri a dit…

Faut etre un gros maso pour utiliser ce char. Une fois par an me suffit. Pour shooter la cyclo nudiste par exemple, mais pas plus ;-)

Naya a dit…

Tes chemins de mots et d'images sont un régal à parcourir. Je salue bien bas ta deuxième photo.

Chrixcel a dit…

PE>> piéton = pigeon ! :) c'est le même combat pour les éviter !
Tat>> quand tu veux pour un cours particulier^^ - l'enseigne a disparu, le vélo n'est plus là;)
Ceanothe>> merci:)
10cré> justement non, je vais aller voir, merci pour le tuyau;)
Lydiel> j'évite les mous, de manière générale:)
henri>> pas maso, mais faut avoir de sacrés cuissots et un dos à toute épreuve;-)
Naya>> contente que tu aimes, j'ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce texte:)

lô a dit…

C'est fluide, bien enveloppé, on l'enfourcheriat facilement le Vélib à la lecture de tes mots. Bravo pour cette prose!
La deuxième photo est extra!
bon we

aurore a dit…

je me suis régalée, et amusée en lisant ton texte, il roule tout seul;)
les photos, un peu surex;) j'adore, c'est comme ça:)
pas encore essayé le vélib, on devrait organiser une sortie, non?...;)

Cheubloh a dit…

Ça pédale dur dans ta tête, mais pas de déraillement, c'est toujours superbement écrit :-)

MasterLudo a dit…

Aussi allergiques aux vélibs que vous y êtes accro très chère, je n'ai pu m'empêcher de sourire en vous lisant ce fil qui défile tel Anquetil.

Le vélib a des gênes de panzer même si au fond c'est juste un fils de pu...b au fond.

Allez, vivement sa propagation car il est sans doute le seul moyen de transport parisien à concilier ligne, budget, rapidité et mollet poil au braquet.

Ou l'inverse ?!

Marraine a dit…

j'aime bien le signal de la selle retournée!
Je n'y fais jamais attention, ayant ma propre bicyclette, mais je vais regarder...

Chrixcel a dit…

Lô>> tant mieux tant mieux, j'avais peur que le texte soit un peu trop long, ouf ! pour la 2ème photo, j'ai eu de la chance;)
Aurore>> quant tu veux pour un tour de Velib ! pour les pix, tu veux parler de la dernière je suppose, pas moyen d'avoir ensemble le panneau stop + le Némo alors sauf en contre-jour alors...j'ai pris le parti de la faire avec ce rai lumineux en plein milieu !
Cheubloh>> merci, je n'ai pas encore déraillé:) en tout cas pas en Velib...
Master> fils de pub, peut-être, mais bien pratique ! désormais l'idée même de reprendre le métro me donne de l'urticaire !
Marraine>> un petit réflexe civique fort appréciable, crois-moi !

FreZ a dit…

Tu tournes aussi bien tes phrases que ton guidon :-)

nicolas a dit…

Excellent. Il reste que le vélib. et un atout majeur. Et je ne comprend pas ce malin plaisir qu'il y a de les détruire, alors qu'il facilite tant la vie parisienne.