vendredi 19 janvier 2007

ROYAL ATTITUDE



Bravitude serait-elle l’abréviatique de « brave attitude ? » La témériste Ségolène ne souffre en tout cas pas de froigidité aux yeux et nous assène avec aplombage une citation de son inventabilité qui lui collera longtemps à la peau : « Comme le disent les Chinois, qui n’est pas venu sur la Grande Muraille n’est pas un brave, et qui vient sur la Grande Muraille conquiert la bravitude ». Non, non, ce n’est pas du chinois mais bien du français. Enormitude, disent les commentataires...

Et pourquoi pas ? Oui, pourquoi les candidateurs aux présidencements ne seraient-ils pas en même temps révolutionnatistes de la languité francisquaise, oui, pourquoi n’aurions-nous pas, à l’instar des plus audaciables programmismes que l’on proposationne au peuplage, une révolutionnabilité totale ? A bas la chômitude, les imposages, l’insécurisme, et vive le sauvement des valeurités de la républiquitude par le Ségolinisme ! Il faut un récupérage des votes au nom d’un discours politationnaire nouveau, portif de sens, et faisant fi des conventismes et des carcans syntagmiques. Car si la languité revêt une symbolité forte, il n’en demeure pas moins que seuls le culturage éclairé et la ténacitude charismatable d’une femme comme Ségolène peut nous sortir d'une marasmitude certaine : l’élucubratisme de certains politicards nous renvoie sans cesse devant cette certainabilité que notre pays n’est pas convenabliquement représentationné et que l’on court droit au catastrophitisme ! Alors, si nous voulons la gagnitude et l’assurabilité d’un avenir royal, votons Ségo ! Ségo, plus fort que les mots.

Et pour prouvationner que tout le mondisme peut sans peinitude comprenir et maîtrisoir le ségolinien, voici une petite amusation; traduisissez en ségolinien le paragraphaire suivant :

Le politique constitue l’un des champs d’exercice privilégié de l’argumentation. Chargé de conviction et orienté par l’action, le discours politique ne peut s’envisager sans une attention particulière à des questions depuis toujours soulevées par la tradition rhétorique et reprises par les théories actuelles du discours et de la communication : le discours politique peut-il être défini comme un genre spécifique ? quels sont les rapports établis entre les théories, les modèles et les pratiques effectives ? quelles relations le discours politique entretient-il avec l’art littéraire ? quelle part accorder à la théâtralité dans le dispositif scénique où il prend place ? peut-on évoquer, à côté de la démonstration et de la séduction, la figure de la manipulation ? comment la conduite du discours s’accommode-t-elle de la violence, celle des actes qu’il régulerait et celle qui lui est propre ? l’idée d’une dégénérescence du discours politique correspond-il à une réalité ou n’est-elle qu’un lieu commun ? (texte fort à propos trouvé sur http://www.ccic-cerisy.asso.fr/argumentation01.html)

9 commentaires:

anbleizdu a dit…

AAAAAHHHH !! Nos chers politiciens et leur belle langue (de bois !!). Ils seraient capable de me faire rire s'ils n'étaient pas tous aussi incompétents !!! Ils sont bien tous à mettre dans le même sac (ne pas oublier de le ficeller et de le jeter dans la flotte avec un bon lest !!!).

cheubloh a dit…

c'est peut être pur ça qu'on comprend mal les politiciens, ils ne parlent pas le même langage :D

Lunaba a dit…

et si en plus elle �tait m�de�in ;)

Chrixcel a dit…

Anbleizdu > oh, mais tu es un amateur de la méthode "petit Gregory" (Poolvorde) !
Cheub > c'est normal, on est la France d'en bas :(
Lunaba> j'ai l'impression que toi aussi tu parles en langue codée, sauf qu'apparemment elle ne souffre pas les accents et du coup on comprend plus ! si elle était médecin ? c'est ça ? ben y aurait plus de pb de sécu, sociale, pour sûr !

Anbleizdu a dit…

C'est dans ce film que j'ai appris à lester correctement les corps avant de les balancer à la flotte !!! Pour unr fois qu'on apprenait quelque chose d'utile dans un film !!! :DD

jayric a dit…

Arg, moi qui me croyais brave !
Je viens d'apprendre que non !

Naya a dit…

Je t'imaginais déclamant à la tribune cet exercice d'art vocal. J'en ris encore d'imaginer le chaland esgourdant tes néologismes. Moi qui suis adepte du tripatouillage de mots, il n'empêche que la néologie est un art qui demande justification dans sa pratique, au moins celle de faire rire sous peine d'avoir l'air d'un con. En l'occurrence d'une conne sur la muraille de Chine. ça pose son homme, euh... sa femme.

diane a dit…

Maintenant il faut écrire un dictionnaire :)

Chrixcel a dit…

anbleizdu > je suis choquée ;-D dire que tu bosses pour un lycée...et tous ces enfant en danger ça fait froid dans le dos !

naya > je crois qu'il nous manque un peu de gouaille; c'est qu'on a pas fait l'ENA, nous...il paraît que c'est la voie royale pour chiner en muraille...mais je déraille, et je raille...

jayric> brave n'est peut-être pas le mot exact :)

diane > madame la doctoresse, je suis sûre qu'avec tes talents de dessinatrice on en ferai un beau petit Lablonde (par opposition à Larouse héhé) illustré...