vendredi 9 novembre 2007

*mais sinon je suis d'accord avec vous : RATP = Air à tes pieds !

poème pour bègues

Je suis à la gare Saint-Lazare : l'hasard m'y mène
Seule et déambulant, bullant l'âme en peine
Ce hall de gare étagé est âgé de près de 170 ans,
Et ses trains, vaisseaux des rails, déraillent rarement.
Je constate la bonne heure, bonheur éphémère
Onze heure et onze, encore en cor sonne le gong
C'est le train qui arrive, dérive des rives et des mers.
J'ai un hoquet, aux quais des lignes oblongues
Coïncidence si dense, dans ce terrible traffic
Je t'ai vu mon amour, à mourir j'ai cru
Que toi aussi, aux cils tu m'avais vue.
Et tout mon être s'exposait, sexe posé,
Trajet d'un fou désir, des irrecevabilités
De tes yeux hagards, à gare Saint-Lazare.
Je perds la voix, la voie qui nous sépare !
Ne me laisse pas, l'espace de ces quais,
Pleurer ton départ des particules d'hier
De notre intime passé pas séculaire
Remontent en moi, émoi, et moi je t'aime
Toujours chéri, chère idole fuyante, même
Si tu m'as eue à l'essai, laissée tomber
C'était si bien tenté, tant tes baisers
Transports pas communs, comme un TGV,
M'ont fait rêver, m'ont fait rêver.

Et toujours cette heure fatidique, 11:11 sur laquelle je suis tombée pile, un samedi. En une seconde j'avais dégainé mon appareil pour la photo, parfaite synchronisation du hasard où le panneau d'affichage et l'horloge se répondaient. Il était onze heures, onze minutes et onze secondes.

25 commentaires:

stephane a dit…

Attention, la sncf va bientôt - encore - faire grève !

henri a dit…

Stephane à l'art de garder les pieds sur terre ;-)

Lunaba a dit…

je me délie, lis en moi...

zecoco a dit…

naaaaaaaaaaaan pas la gare st-lazare et ses mùaudites grèves!!!!

Tatiana a dit…

J'essayerais de repnser à ces jolis mots lorsque chacun galèrera dans les transports les jours de grève ;)))

FreZ a dit…

Dommage que tu ne l'aies pas vu plutôt dimanche, le 11/11... (j'y pense seulement en te lisant)
Joli, ce poème pour bègues. Je me souviens avoir commencé quelque chose dans le même genre, un jour (mais la répétition était à la rime, et je ne l'ai jamais terminé)

Chrixcel a dit…

Merci, Stéphane, de nous rappeler cette triste réalité...tout d'un coup l'idée de gare n'a plus rien de tout de poétique en ces temps troublés !
Henri>, hélas, oui...
Lunaba, à bas > En voilà une qu'elle est bonne:) je parle de bas résille bien sûr)
Zecoco > et toi tu vas être en plein dedans ! bon courage ! et encore merci pour la BD;-)
Tat> tu m'étonnes, ça va être l'enfer demain !

Marraine a dit…

oui, ratp..."rentre avec tes pieds!" que j'entendais en 95! M'en fous, ch'uis à bicyclette... ;-)

Chrixcel a dit…

Frez, j'ai zappé ta réponse, ô honte à moi...et si, j'avais vu le 11 novembre, c'est drôle:) le poème pour begues à la rime ça m'a l'air en effet moins évident, belle prouesse, tu devrais persévérer !
Marraine> et moi en scoot ! mais ça va quand même être le bazar...

pedro a dit…

Comment je suis quelqu'un de très chiant, voire d'énervant, j'ai cru remarquer que les pendules SNCF étaient à 11:11 et 3 secondes... Oui je sais c'est un bête détail...

Stanislas a dit…

La porte de ton appartement baille...Tic...Tac...Toc...Qui est-ce?C'est moi!Qui suis-je?A vrai dire,je n'en sais trop rien.Au présent,je doute dans un marécage approximatif et incertain.Mon passé?Il n'a aucun intérêt,car je ne saurais que le déformer,le réécrire ou le réinventer.Quant à mon futur,il n'existe pas encore.Il est de bon ton sur internet de mentionner certaines caractéristiques superficielles et superfétatoires de sa personne avant de communiquer:sexe,prénom,âge,taille,poids,phénotype,couleur des yeux et des cheveux,études,métier,loisirs et caetera.N'est-ce pas?Soit.Je ne sacrifierai que partiellement au decorum.J'adore les grandes villes.Paris mon amour m'adore depuis mai.J'aime:le sport,les contradictions,les fringues à la mode,arracher les pages d'un livre et les compulser dans le désordre,avoir peur,la pluie,perdre du temps avant de revenir du travail,le cinéma,la musique,les nuits blanches,ma voiture,les salons de coiffure,les parkings,les gares....Je n'aime pas:les analepses nostalgiques,le dimanche,l'apostrophe phatique "Salut,ça va?",le manque d'hygiène,les desserts,les a priori,rencontrer une ancienne camarade de classe,manger chaud,les transports en commun,me rendre utile...Je m'attache vite et fort aux gens qui en valent la peine.Je suis entier:un compromis reste à mes yeux une compromission.Je suis vingt sept années d'errance extravagante et anticonformiste.Je suis moi sans toi.Je ne suis pas fait pour les relations virtuelles.Je suis un subtil mélange de rudesse et de finesse.Je suis un jeune homme et un vieil animal.Je suis soixante quinze kilogrammes de pulsion et de réflexion...L'huître se rétracte... Je vais aller trop loin...De toute manière, me voilà présenté!Ca, c'est fait.Avocat, passons au déluge!La toile m'administre journalièrement moult blogs d'une vacuité glaciale comme un vent gelé d'avoir balayé des lieues de marais et de terres nues...Encéphalogramme plat...Aux antipodes de ce train-train mièvre tel un verre d'eau chaude,les parques m'ont ce matin désigné ton site qui change les conneries imbuvables en nectars divins dont la libation me transporte.Ce fut un coup de feu dans un concert,une digression politique dans un roman,une fustigation dans un massage délicat...J'ai immédiatement aspiré ta sagacité badine,mêlant simplicité châtiée et aisance discursive!J'absous ton éloquence priapique.J'ânonne ta faconde torrentueuse.J'affecte ta verbosité verveuse.Aussi ai-je exploré tes courbes manuscrites,mélangeant arsene lupin et ali baba,en vain:aucune image de toi.Je ne veux point insinuer par là que j'eusse aimé que tu y adjoignisses une photographie,symbôle funeste d'une société qui se repaît d'apparence,d'écorce,d'emballage propret pour bien consomptible...Bien au contraire!Que les reproductions,prosaïques réalités,s'effacent devant les mots,mutiques divinités!Je ne veux pas être ton ami.Je ne veux pas être ton amant.Je n'ai ni article à vendre ni statut à défendre:la seule place que je n'ai jamais pu tenir est celle de ma gueule devant la glace.Aurais-je levé toute ambiguité?Je t'écris ce message simplement parce que j'en ai envie.Une envie...Une envie ne s'explique pas.Une envie s'attrappe ou trépasse...Qu'importe!Voilà le soleil,face livide,qui me provoque,imbu de son néon blafard,et me gueule que j'ose rédiger ces lignes ensommeillées à zéro heure cinquante alors que j'ai un rêve d'île déserte qui s'impatiente...Dont acte.Je m'en vais en te regardant rédiger.J'attendrai tes articles comme on attend godot.Je t'écris en sachant que je ne serai pas lu et que je n'aurai pas de réponse.Je le fais pour deux raisons.Ecrire sans lecteur est la plus folle des libertés de l'homme.Ecrire sans lecteur est la plus fidèle des allégories humaines:tout ce que l'on construit demeure voué à disparaître,si bien que tout acte s'avère inutile.J'ai appris cela lorsque,enfant,je luttais contre la mer plouescataise en érigeant de pseudos chateaux inexpugnables toujours plus hauts,toujours plus forts et toujours plus vains...Que la mer monte,une foi inamissible en l'atemporalité m'anime!Le rêveur breton s'accroche au plafond de ton appartement,te dévisage discrètement du coin de l'oeuil,en se moquant de sa propre quête perpétuelle de l'infini,alors que tout est éphémère,alors que tout est en suspens... Stanislas paulinebarreaudelagerie@yahoo.fr

cheubloh a dit…

incroyable, au moment où je viens poster, on en est à la 11eme glose ;-) ton syndrome serait il contagieux ???

Anonyme a dit…

Coucou c'est Morjane, la fille à Christophe!!
Je garde un très bon souvenir de ce moment dans le bar; alors que les autres ne parler que de BD, nous, on ne parler que de jeux de mots, ect...
:)
Donc voilà!! Je t'aprecies beaucoup j'aimerais réavoir des nouveles de toi [ vous?]

henri a dit…

cimetière de montmartre ;-)

Chrixcel a dit…

Pedro : c'est tout à fait vrai, malheureusement la photo que j'ai prise avec la trotteuse sur le 11 était floue^^ mais c'est bien vu !

Stanislas : bravo et merci, belle tirade, c'est vraiment très bien écrit. Je te souhaite la bienvenue dans mon univers.

Cheub> on devient parano hein ?

Coucou Morjane, je me souviens très bien de toi, on s'était bien marré toutes les 2, ça me ferait très plaisir de te revoir aussi, (et tu peux me tutoyer, on est entre jeunes !) Quand tu veux^^

Henri > oups !

S a dit…

Midi…Page après page verdit mon jeudi sur ton site…A la recherche d’un je-ne-sais-quoi…Qui se cache on ne sait trop où…Et toi tu mords…Rêves-tu au bruit de tous les infinis?A travers ma poitrine sévit une tempête…En moi s’intrique l’écheveau des choses un peu floues…Je ne sais plus trop quoi…Emergent alors cinquante-neuf certitudes…J’aborde ta rhétorique éthérée…J’abrite ta plume linéamentaire…J’absorbe ton élucubration orgiaque…J’absous ton brio dyonisiaque…J’accapare ta verve abyssale…J’accepte tes foucades logorrhéiques…J’accole ton éloquence bacchique…J’accompagne ton aisance langagière…J’accoste tes circonlocutions débridées…J’acceuille ton bagout emphatique…J’accumule tes digressions discursives…J’additionne tes loquacités endiablées…J’adjure ton style mutin…J’admire ton déluge verbal…J’adopte ta pompe expressive…J’adore ta grandiloquence bavarde…J’adule ton verbiage délicat…J’affecte ton suave babillage…J’affectionne ton phrasé mirifique…J’aggrippe tes catilinaires acérées…J’aime tes phillipiques diarrhéiques…J’allègue ton alacrité facondieuse…J’alpague ta volubilité euphonique…J’amasse ta jactance orgasmique…J’ambitionne ton subtil babil…J’amoncelle ton psittacisme poétique…J’analyse tes écrits munificents…J’annexe ton élocution romanesque…J’anoblis ta diction magnificente…J’ânonne tes déclamations châtiées…J’anticipe ton graphisme céleste…J’aperçois ton badinage sagace…J’apologise ta phraséologie inexpugnable…J’apostrophe ton français apollinien…J’appelle tes apartés esthétiques…J’applaudis ta répartie grâcieuse…J’apprécie ta syntaxe impétueuse…J’appréhende tes expressions industrieuses…J’apprivoise ton vocabulaire chevaleresque…J’approche ta jactance tribunitienne…J’approuve ta langue amusante…J’appuye ton discours intemporel…J’arbore tes anfractuosités déclaratives…J’arc-boute ton emphase étourdissante…J’archive tes trouvailles scripturales…J’arpente ta dialectique argutieuse…J’articule tes syllabes ergoteuses…J’ascensionne tes alpages argumentaires…J’aspire tes rédactions acidulées…J’assimile tes paragraphes diserts…J’assume tes monologues envoûtants…J’attends tes textes astragalés…J’atteste ton élégance incantatoire…J’attrappe ton attiscisme azuré…J’auréole ta diction nimbée…J’ausculte ton script flaubertien…J’avale tes libellés autobiographiques…J’avalise ta verbigération autographe…J’avère ton verbalisme cristallin... S ssstanissslasss@hotmail.fr

Chrixcel a dit…

Stan/Pauline/Sergio, etc. > ARennes-252-1-69-3.w81-53.abo.wanadoo.fr
IP Address 81.53.252.3 [Label IP Address]
Country France
Region Bretagne
City Rennes
ISP Ip2000-adsl-bas
Returning Visits 1
Visit Length 1 hour 49 mins 26 secs
VISITOR SYSTEM SPECS
Browser Firefox 1.5.0
Operating System Windows XP
Resolution 1280x1024
Javascript Enabled

Ca te dis quelque chose ?

Sergio a dit…

Ben si c'est mon adresse IP! Pauline Sergio et Stan sont quelques unes de mes adresses e-mail? Maintenant que les présentations entre live-boxes sont faites, peut-on discuter?

sergio sergiobuissoni@hotmail.fr

Pauline a dit…

J'ai le diplôme d'administrateur réseaux et tu crois que je sais pas qu'en laissant un commentaire sur un site l'hôte du blog reçoit mon adresse IP? Enfin je ne vois pas pourquoi tu me dis cela? Tu imaginais peut-être que je n'écrivais qu'à toi?
Faut partager dans la vie. Le nombril est un lieu de perdition si minable. Je vois pas l'intéret en outre que tu me donnes mon adresse IP: je la connais, merci infiniment!

Chrixcel a dit…

Il ne faut pas se sentir agressé...comme tu dois t'en douter, il s'agit d'un copié collé d'un site tenu par une certaine "Melle Jen" sur lequel j'ai parcouru quelques-uns de tes commentaires fort intéressants. Que tu écrives chez d'autres, ça n'a rien d'exceptionnel, c'est un peu l'un des principes des blogs non ? Je m'interroge à juste titre sur ton parachutage chez moi (comment d'ailleurs es-tu arrivé là, ça m'intrigue) et sur tes intentions car je suis d'un naturel méfiant, tu ne peux pas me ça reprocher n'est-ce pas ? Tu veux qu'on discute ? OK. Tu cherches la dispute ? Désolée, je ne rentrerai pas dans ton "je". Maintenant sur ces bases claires et franches, toute hostilité bue, je te réitère la bienvenue.

Pauline a dit…

Bonjour c'est Pauline. Madame, tu me souhaites la bienvenue sur ton blog... Je m'y sens tout de même un peu fliqué tout d'un coup. Mais c'est la règle, c'est le jeu... Tu m'as googlelisé! Paul Robert, prenez acte de ce néologisme! Christelle, donne moi ton adresse postale: je t'envoie mon dernier avis d'imposition, ma carte nationale d'dentité, mon permis de conduire, ma carte vitale, mes radiographies, un prélèvement capillaire, un prélèvement salivaire, un bilan sanguin, mon carnet de vaccination, l'état de tous mes anciens domiciles, la liste exhaustive de mes alias, mes lectures, mes écritures, la dernière lettre d'amour que j'ai reçu, la dernière que j'ai envoyé, mes cartes grises, mes cartes vertes, mes cartes bleues, mes cartons jaunes, mes photographies d'enfance, le second volet vierge de mon casier judiciaire, une loupe et catera...Tu accuseras réception, et tu ne connaîtras toujours rien de moi. Par exemple, je n'habite pas en Bretagne. Je suis en vacances en Bretagne et la connexion que j'utilise n'est pas la mienne. Moi j'habite Saint Brice Sous Forêt dans le Val d'Oise pour faire avancer ton enquête(95350). Tu me demandes comment j'ai trouvé ton blog: cela n'a aucun intérêt dans la conversation. Tu as vu que sur le blog de Jen, je me suis parfois disputé avec quelques uns de ses amis: mais ce fut un plaisir assouvi avec des personnes consentantes qui l'ont souvent cherché! Pourquoi je suis sur ton blog? Parce que je sens de l'intelligence en toi, au vu des tes propos. Tu es méfiante: tu as deux choses à craindre d'un internaute. Qu'il te veuille du mal? Moi je ne te veux aucun mal, je te souhaite même le bien, et si tu as besoin d'un service un jour, tu peux me mailer je serai là: je suis un breton donc ne déserte pas les rases campagnes. Qu'il veuille te baiser? Il y a quelqu'un dans ma vie, que j'aime comme le grand meaulnes aime, alors là dessus rassure toi. En revanche, j'aimerai converser librement avec toi dans les commentaires, donc publiquement, c'est ça qui est tripant dans un blog. Mais les gens qui aiment discuter sont rares et tu n'en es peut etre pas? M'enfin ça je m'en fous, moi je suis dans mon rôle, je te propose... Après c'est un club libertin la vie: tout est permis mais rien n'est obligatoire... Si tu veux pas deviser je déserte ton site tout de suite sans coup férir. Madame, je réitère ma question qui n'attend qu'un oui vert ou un non noir, ad libitum: veux tu discuter?

Chrixcel a dit…

Fliqué, fliqué...comme tu y vas ! Passons sur ce chapitre, tu n'es pas sans ignorer qu'il y a, dans la blogosphère, toutes sortes d'individus dont le trip suprême est de semer la zizanie. Je voulais être sûre que ne ne sois pas un de ceux-là. D'où la "googlelisation"...admets que tu as laissé quelques traces qui sont plutôt défavorables pour toi cher Pauline. D'autre part, et là c'est la femme a priori potientiellement célibataire qui parle, des types qui tentent leur chance par le biais du blog, j'ai déjà vu. Je vis moi-même une relation épanouie avec un homme que j'aime tendrement, et je suis ravie que ce soit le cas pour toi. Je prends acte de tous les éléments que tu souhaites m'envoyer. Ton ironie est sympathique mais, en effet, comme tu le fais si justement remarquer, cette paperasse ne m'apporte pas grand chose sur tes prostestations de bienveillance à l'égard de mon blog et, par extension, à mon moi virtuel. Aussi, je me contenterai de ta "parole" d'homme aux mille alias (j'adore les épithètes homériques). Et puis, loin de moi l'idée de mener une enquête poussée ! Je fonctionne au feeling le plus souvent, et c'est aussi de cette façon, via le blog, que j'ai pu rencontrer, virtuellement ou physiquement, des personnalités pas comme les autres et qui ont des choses à dire. D'après ce qui se dessine dans tes messages, je pense que tu gagnes à être connu, et dis-toi bien que si j'ai pris le temps de te "googleliser" c'est que tu m'as intrigué, ton trait a donc porté, j'ai "mordu", comme tu dis. J'aime discuter, je dirais même que j'adore ça, l'art de la conversation étant un art qui se perd dans le magma abrutissant d'une société du tout rapide, peut-être autrefois faste, mais devenue fast. J'aime prendre mon temps pour connaître quelqu'un, par petites touches. Si le jeu en vaut la chandelle, ce peut être passionnant. Je te propose, pour mieux te présenter, de m'envoyer ton abécédaire. Beaucoup mieux qu'une carte d'identité. A+

Abécédaire de Pauline a dit…

maDaMe chriXcel seRvez-moi un T
ce Week-end dans uNe tasse chinoise
à la Faïence rose épouvantée
où Le poisson d'or cherchera noise
madame chrixcel servez-moi un t
ce week-end dans une tasse chinoise
dans ce rouGe d'un cIel irrité
Je dessinerai une amitié turquoise
madame chrixcel serveZ-moi un t
ce week-end dans une tasse chinoiSe
vous Y aimErez ces fOlles Cruautés
des monstres Que l'on apprivoise
madame chrixcel servez-moi un t
ce weeK-end dans Une tasse cHinoise
nous Boirons à la naïveté
d'une nouVelle comPlicité siAmoise

Chrixcel a dit…

Je suis bien embêtée : ce n’est plus l’heure des T.
Dans le froid automnal de votre indiscipline
J’ai retrouvé éparses parmi vos lettres menottées
Les écailles rouges d’un poisson nommé Pauline.
A l’étroit dans sa bulle de verre, liberté étêtée
Rien dans ces révolutions insensées et androgynes
Ne donnait l’impression qu’il voulait s’ « arêter »
Pourquoi d’ailleurs car la murène de Chine
Noises aimables sait chercher, et appâts T :
Son corps d’anguille se faufile et peaufine
Le jeu subtil d’arracher quelques vérités.
La pêcheuse que je suis accepte d’en être la copine
Et pour cela veuillez accepter un franc sourire édenté.

Stan a dit…

Je suis gare saint lazare
Les grands trains éblouis font se lever les aubes
Tout un peuple accablé arrive des banlieues
On me verse des vins blancs dans un verre à demis
Je lève un poing de neige à la face des cieux
Et je cache sur mon coeur
Le dernier bleu des choses
Je suis gare saint lazare
Je ne pars pas